Les petits moyens, comédie d'Eugène Labiche

Créé au théâtre du Jeu de Paume d’Aix-en-Provence en février 2015


VOIR LA BANDE ANNONCE DE CE SPECTACLE

Voir les photos de ce spectacle


 

Les petits moyens... méthodes féminines pour retenir un mari volage...

Adèle est mariée depuis peu avec Léon, un brillant avocat parisien spécialisé dans les divorces. Adèle soupçonne Léon de la tromper avec l'une de ses clientes. Sa tante, Mme Grumelot, qui vient passer quelques jours à Paris avec son époux, va alors lui enseigner comment garder un homme à la maison...

Une pièce pour rire, au rythme effréné, au dialogue pétillant.

 

FICHE TECHNIQUE

Type de pièce : Comédie du répertoire

Durée : 1 heure 15

Taille minimale de la scène : 5 x 4 m

Personnel : 9 PERSONNES dont

6 comédiens (2 femmes et 4 hommes), un éclairagiste, une coiffeuse/maquilleuse, un metteur en scène






 

 

 

 

 

 

Distribution

Léon Delavaut : Guillaume DAGNAS

Adèle Delavaut : Stéphanie COUBRONNE

Mme Grumelot : Hélène LAMOUREUX

M. Grumelot : Philippe GARDIOL

M. Hocquart : Didier MERIT

Baptiste : Gabriel LAPEBIE

 

Lumières : Françoise ROUAN

Costumes : Julien di TOMMASO

Maquillage/coiffure : Karine SACHOT

______________________

 

LA MISE EN SCENE DE JULIEN di TOMMASO


Eugène Labiche écrit cette comédie en un acte en 1850. Les fondamentaux du vaudeville s’y trouvent déjà : adultère, action pleine de rebondissements, quiproquos et portes qui claquent. La pièce véhicule également des valeurs bourgeoises, notamment autour du couple et de la fidélité, mais aussi de l’abnégation de la femme vis-à-vis du mari. Ces valeurs austères et étriquées se retrouvent dans les années 1950, où les femmes se devaient d’attendre sagement le mari à la maison, où les publicités mettaient en avant la bonne et dévouée ménagère. Aussi avons-nous choisi de situer l’action de notre spectacle dans ces années-là, à la fois plus proches de nous et pourtant si différentes. Costumes et décor plongent le spectateur dans l’atmosphère du début des trente glorieuses : le jazz se mêle à la réclame, la radio diffuse sur un ton solennel les actualités et les comportements loufoques et déjantés des personnages de dessins animés déteignent sur les personnages de la pièce tandis que tous leurs faits et gestes sont accompagnés de bruitages comiques.